ACCUEIL      L’ENTREPRISE         BLOG          CONTACT

IPTV ou pas : quelle plateforme pour votre événement ?

IPTV et écran à affichage dynamique
IPTV ou coaxial numérique : Quand les écrans à affichages dynamiques doivent au moment fort de l’événement relayer d’autres messages que le seul live, le dispositif doit être spécifique…

IPTV / Affichage Dynamique  ou pas ? La question se pose…

Vous organisez un événement sportif, une grande manifestation ? Vous allez forcément filmer et produire des images au coeur même de l’action.
Inévitablement,  la question qui se pose immédiatement après est : « Comment allez-vous diffuser ces images ? Comment allez-vous faire vivre à votre public une expérience formidable ? Des émotions fortes ? »
Tout le succès de votre événement repose  sur ce dernier point.
Aura-t-il vraiment vécu sur place le moment le plus fort de l’événement ? La victoire sur la ligne d’arrivée, l’arrivée d’une star, d’une personnalité ?
De la possibilité qu’il aura de vivre en gros plan, au plus près de l’action, les moments-clés de l’événement, tout étant baigné dans une grande foule, de cela dépendra l’envie du spectateur de revenir, son appréciation de l’événement et le bouche à oreille qu’il en fera. En un mot, le succès de l’événement.

Voilà pourquoi le nombre d’écrans se multiplie sur les lieux événementiels (stades, arénas, …). Voilà pourquoi il faut que le dispositif qui alimente ces écrans soit parfait.
Voilà pourquoi ces écrans doivent diffuser les bonnes images, au bon moment, tout en étant disposés aux bons endroits.
Alors quel est le dispositif idéal pour un événementiel ?

Quel modèle économique, IPTV/AD ou coaxial numérique ?

« En fait, tout dépend du modèle économique de l’événement, répond Abdel Belghomari, directeur chez LTE-SAT. La question numéro 1 est celle-ci : la mise à disposition des écrans pour le public est-elle pour l’organisateur uniquement un poste de coût ou est-elle également une source de profit ? S’agit-il uniquement de bien relayer les images du « live » ou s’agit-il de relayer également, au coeur de l’action, les messages de ses sponsors, auquel cas, la satisfaction de ceux-ci est une contrainte prioritaire ? Dans ce deuxième cas, il convient d’associer aux images du « live » des données de toutes sortes (messages, logos, illustrations, accroches, alertes,…)  . Selon le modèle économique choisi, notre recommandation ne sera pas la même. « 

Le choix technique-clé sera en effet celui-ci : IPTV /AD ou coaxial numérique ?

Le câble coaxial présente de nombreux avantages : il permet d’acheminer des images haute définition sur de nombreux écrans. Il est moins lourd en termes de budget et de mise en oeuvre. En revanche il ne permet pas d’interactivité.

S’il faut intégrer des messages d’annonceurs, ajouter des données au flux d’image, il faudra alors passer par une solution de télévision sur IP (standard internet), autrement dit l’IPTV. Le câble réseau est alors le même que celui qui connecte nos ordinateurs avec les fameuses prises RJ 45 au bout. En revanche, il faut à chaque arrivée une STB ou set-up-box. C’est cette boîte qui restitue l’image dont les signaux sont acheminés par le câble sous forme numérique, l’équivalent du décodeur que l’on a chez soi pour regarder la télévision par internet. Il en faut en général une par écran. Il faut en outre paramétrer et intégrer tout le dispositif, depuis les ordinateurs qui font alors office de serveurs. Tout ceci a un impact budgétaire, mais c’est souvent la solution qui s’impose pour satisfaire les exigences de modèles économiques toujours plus créatifs.

« Par exemple, pour le stade de Bordeaux, ajoute Abdel Belghomari, on a mis au point une « boucle » qui distribue les images sur huit espaces spécifiques pour les buvettes et la restauration, avec à chaque fois un thème donné (Kebab, Hamburger, Pizza, …). Pour chaque espace, on est capable d’afficher les images des offres, mais aussi les prix, les promotions, et des informations spécifiques en temps réel -reprise du match dans x minutes, etc. On est ainsi capable de guider le chemin du visiteur, selon le type de visiteur, le moment, etc. » (voir aussi l’article sur le stade de Bordeaux)

Comment faire son cahier des charges ?

Alors, si on organise un événement important et que l’on souhaite mettre en place un dispositif vraiment complet, comment faire son cahier des charges ?
Les questions-clés seront en fait les suivantes :

1. Quelles sont les circonstances et les conditions de l’événement susceptibles d’apporter des contraintes pour les écrans ?
(intérieur, extérieur, le soleil sera-t-il fort ou pas ? , sera-t-on en plein jour ou en pleine nuit ? -ces deux dernières questions déterminant les types d’écrans choisis)
2. L’organisation des écrans doit-elle contribuer à baliser le chemin ou organiser le cheminement des visiteurs ? Si oui quels sont les différents cheminements possibles ?
3. Quel est le modèle économique ? Est-il susceptible d’évoluer compte tenu des possibilités techniques ? Faut-il innover par rapport aux années précédentes ?
4. Doit-il y avoir des espaces VIP (loges, etc.) ?
5. Doit-il y avoir un espace presse ?
6. Quelles sont les contraintes liées à la maintenance et SAV (stock de secours, rapidité d’intervention, …) ?

« A partir de là, nous sommes là pour aider nos partenaires à préciser leur projet. Et ensuite à trouver les solutions les plus fiables et les plus efficaces pour le réaliser, conclut Abdel Belghomari. Et préciser dans notre réponses l’organisation des différentes étapes : achat ou location du matériel, installation, paramétrage, encodage, maintenance, démontage ».

Et ainsi, en anticipant au mieux ces différentes étapes, bénéficier des années d’expériences réussies de LTE-SAT dans l’intégration de solutions parfaitement adaptées aux exigences des différents publics de l’événement.

 

Share the Post:

Related Posts